Eh oui, c'est déjà septembre, les feuilles tombent, la grisaille s'installe continue et on peut lire partout dans les magasins les 3 mots de l'angoisse: BACK TO SCHOOL. J'ai tenté comme j'ai pu de censurer ce mot-là, rentrée, en vain. Après maintes techniques de procrastination, plus ou moins productive finalement (tout comme ce fantastique blog, nest-ce pas??), je dois y faire face: la rentrée est là. Demain. Enfin, presque demain.

Mais flashback. Reprenons du début. Qui suis-je? Français exilé, je me suis installé dans une grande ville d'Angleterre afin de faire le PGCE de langues vivantes. Comment résumer le PGCE, incontestablement l'une des pires années de ma vie. Le PGCE, c'est l'équivalent du CAPES, ou pas. C'est le diplôme qui permet d'enseigner en Angleterre. Jusque là, tout va bien. Sauf qu'en vrai, c'est l'enfer total: une année qui coûte cher (frais universitaire 3290£ + divers frais de déplacement et autres) où on doit bosser comme un malade, jour et nuit, sans avoir une minute pour soi ou de vie sociale. C'est une formation théorique ET pratique intense, avec stages, cours à donner, observations quotidiennes, rapports, essays à écrire, réunions interMINABLES, cours à prendre à l'université, paperasse administrative en veux-tu en voilà, documents à créer et fournir, preuves, preuves, preuves, tout prouver, remise en question de soi perpétuelle, etc. Le kaïffe quoi! Quoi j'exagère? Même pas! J'aurais dû comprendre dès le début, même avant d'entamer la formation, quand c'était la croix et la bannière pour même réussir à y accéder avec les 1000 démarches à faire et galères qui s'empilaient! Mais il faut avouer que, même si c'est dur, même si on a envie de pleurer sa race à la fin de la journée, et qu'on a envie de quitter la formation, c'est probablement la meilleure formation pour être prof en secondaire. Donc, à travers la douleur, le bonheur comme disait Epicure. (quoi j'ai pas le droit de citer des philosophes pour faire genre?? =)

Bon, j'ai quand même réussi à l'avoir avec brio (c'est qui brio??) tout en ayant un job à côté (là, vous comprenez à quel point je suis maso, enfin vous l'auriez compris avant, car il faut être maso pour faire le PGCE!!) Donc juin, vous pensez que c'est la teuf, genre on lance son chapeau en l'air à la cérémonie de remise de diplôme à la Beverly Hills? Eh ben, même pas! La totale blase: déjà on a pas de cérémonie avant décembre (!) et en plus la course pour trouver un boulot n'est pas terminée. Car oui, le but c'est de trouver un taf quand même! Vous vous tuez à la tâche, vous réussissez toutes les épreuves made in PGCE, pensez qu'un job vous est acquis, que la vie vous doit bien ça.. et bien, là, vous vous fourrez le doigt dans l'oeil! C'est encore une lutte, en plus en période de crise. Car le poste, c'est pas comme en France où c'est attribué, non, faut postuler (avec dossier de dizaines de pages en moyenne), entretiens qui s'étallent sur une journée complète, etc. BREF.

Là, déjà, vous souffrez pour moi. Non?! Eh bien vous devriez! Bon, je passe les détails, mais après l'obtention du PGCE, j'ai quand même réussi à décrocher un boulot dans un collège/lycée. Ca c'était au mois de juillet, à l'arrache (car vous le comprendrez très vite, je fonctionne àlarrache.com). Là, on se dit:"ah, on va enfin se reposer!" sauf que l'année a coûté cher et que la sainte bourse de l'Etat anglais (6000£ sur un an) touche à sa fin. Et là, c'est le drame. Plus de resources, l'année vous a épuisé, mais il faut encore travailler: paye tes vacances! :-) Et donc bosser c'est ce que j'ai fait tout l'été, tout en ignorant ce fichu mot, rentrée, qui ne méritait pas d'arriver.

Bon, je vous rassure, je n'ai pas que travaillé. J'ai trouvé moultes moyens d'ignorer la rentrée et de procrastiner. Je suis sorti avec des amis, j'ai fait la fête, j'ai fait beaucoup de sports (avant de retomber dans l'obésité hivernale), je me suis bien reposé à glander sur mon lit avec des vidéos (Buffy, True Blood, Torchwood, et toutes ces émissions à deux balles de channel 4 comme Embarassing bodies, Supersize VS Superskinny, etc.) et j'ai pas mal mangé aux restaurants (faut bien compenser tous ces efforts et dépenser l'argent durement gagné O:-)

Mais bon, voilà. La rentrée est là. Ca ne sert plus à rien de la censurer. Elle va m'avoir. Arf... Alors qu'est-ce que je fais? Eh bien je suis 100% préparé pour demain et cette rentrée =) Non, j'déconne!! Au lieu de ça, et de ranger ma chambre et tout mon bordel made in PGCE, au lieu de trier toutes mes resources sur le PC et dans mes tiroirs foutoirs, au lieu de lire la plaquette de NQT, au lieu de lire le livre "How to survive your first year in teaching" gentiment envoyé par mon syndic, au lieu de regarder le sac de resources et autres documents importants pour l'année.. ben je procrastine davantage en créant un blog hey hey!!!

Alors pour terminer, je vais quand même dire ce qu'est le fameux NQT (vous verrez, il y a pas mal d'acronymes dans l'éducation, il faut suivre!!) NQT: Newly Qualified Teacher, c'est mon statut de nouveau prof, qui mène à l'obtention du QTS Qualified Teacher Status, pour être prof à vie! Le Saint Graal! Le césame pour d'autres horizons!! (ou pas) Un an pour me titulariser. Et étant comme je suis, à l'arrache, procrastinateur invétéré, ça va donner!!... Alors suivez-moi dans cette nouvelle aventure, qui ne va sans doute pas être de tout repos!! 

Et ça commence demain avec... la pré-rentrée!! A suivre..

 

PS: j'ai quand même lu les 12 premières pages de ma plaquette d'NQT! Yoo-hoo!

PS²: NEWSFLASH: message spécial de René la Taupe! (qui a du mal avec le français!)

 

 


René La Taupe - C´est la Rentrée